• .écrire.

    Hey !

    J'espère que vous allez bien ! J'ai vraiment hâte de vous partager les prochains articles car c'est vraiment le genre de chose que j'ai envie de développer sur le blog, des textes ! Pas des histoires, juste des textes de mes pensées, sur ce que je ressens, pourquoi, sur des sujets divers... Je l'ai déjà fait de nombreuses fois ici, mais j'en ai beaucoup écris ces derniers temps, le moment est donc venu de vous en partager un !

     

    .Écrire.

    Télécharger « écouter:écrire.mp3 »

     (clique sur ce lien pour écouter l'article !)

    Écrire ça m'a toujours aidé. Ça m'a aidé à me vider du trop-plein d'émotion. Celui qui pesait sur mon estomac. Écrire ça me permet de me vider. De me faire me sentir plus légère. De me purifier pour ensuite accueillir de nouvelles émotions. Ça me permet de me libérer mais surtout de ne pas péter un boulon, de ne pas craquer, de ne pas éclater, de masquer puis de réparer ce qui est déjà fissuré. Ce qui est sensible.

    Ce qui est sensibilisé.

    Écrire c'est utile. Écrire c'est pouvoir exprimer ce que l'on n'ose pas formuler. Écrire c'est pouvoir mettre au clair ses idées. Se clarifier l'esprit. Je peux écrire pendant longtemps, noircir des pages et des pages jusqu'à ce que le stylo n'est plus rien à me donner. Lui aussi s'est vider. Je l'ai fait se vider pour clarifier mes émotions. Pour me trouver.

    J'aime manier les mots. Jouer avec. Les démembrer, les mélanger, les tourner dans tous les sens. Je préfère les mots aux lettres. Avec eux, je peux aller loin. Je peux jouer avec les sons, les manipuler, mais j'évite. Je peux blesser, flatter, aider, détruire, impressionner, négocier, mettre mes limites, faire tomber amoureux(se), faire pleurer toutes les larmes d'un corps, avec les mots, mais ça aussi, j'évite. J'évite car je crois au karma. Notre comportement à une répercussion sur le monde, nos pensées intérieur non, alors je pense ce qui est méchant et que je ne peux pas formuler, je pense des situations qui me ferait jubiler mais qui ne doivent pas se passer, sous peine de faire mal à trop de personnes par pure égoïsme de ma part. Juste parce que je voulais avoir ce contrôle sur quelqu'un, donner un grand coup de pieds dans la fourmilière puis me retirer pour observer ce qui s'y passe. Je préfère donc m'amuser plus intelligemment, et utiliser mes mots pour des actions plus positives, comme complimenter, dire à quelqu'un s'il se trompe, rassurer, rattraper cette personne au dernier moment grâce aux mots, la sortir du trou et puis qu'elle s'envole, pleine de confiance en elle.

    Écrire me permet d'analyser. De m'analyser. De me découvrir, de chercher la vérité sur moi-même. De me comprendre, d'installer des hypothèse sur mes pensées ou mon comportement. Si je me connais autant, c'est parce que je n'ai fait écrire que sur moi, sur mes pensées, sur mes émotions, et que j'ai souvent abouti à des conclusions dont je ne savais pas moi-même que j'en avais l'envie, que j'avais tel ou tel trait de caractère....

    .Écrire c'est se vider la tête.

    Je suis pointilleuse sur les mots. Si j'utilise celui-ci dans ma phrase ce n'est pas pour rien. C'est pour la sonorité, la subtilité, qu'il apporte. Je n'aime pas laisser mes mots au hasard, comme souvent j'aime tout contrôler. Pour ça je suis bien tombée, le vocabulaire du français est si riche. J'ai une immense cour de récré pour m'amuser. J'aime quand ça rime, quand avec une phrase je peux en construire une autre, quand il y a le même nombre de mot.

    Je suis bonne en orthographe, alors je me permet régulièrement dans mes écrits, de faire des fautes en toute connaissance de cause. Je me dis que si je manie si bien une discipline, je peux alors me permettre de l'utiliser à ma guise en reproduisant les erreurs que feraient un débutant.

    Et puis il y a le stylo. Mon amoureux avec mes pinceaux et l'appareil photo. J'aime la calligraphie, l'orthographe comme dit plus haut, l'encre, les polices, les minuscules et majuscules, les pleins, les vides, les creux, les courbes, les montées, les descentes et les déliés, attachés, détachés, les lettres réinventées, les lettres mélangées, les lettres inversées, remplacées mais le cerveau réussi à tout restituer. Les accents aussi, ils mettent le ton sur ce -e, tout comme la ponctuation, elle transforme la phrase. Le tempo.

    J'aime l'italique, le gras, le fin, le relevé de stylo ou le "en un seul trait", l'épuré, le condensé. L'impact qu'il met, il est lourd alors que le détaché est léger, fluide, si agréable à contempler, à tracer.

    L'écriture retranscrit les sonorités, qu'est-ce que j'aime la sonorité des mots, pas de tous évidement, même avec eux je reste la même, exigeante. J'estime d'eux l'impact que je veux qu'ils mettent ou non dans la phrase, ils sont choisi avec soin, à eux de faire le reste du boulot.

    « Laquelle des deux est la plus égoïste ? L'avenir »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :