• .Parler au monde.

    Salut !

    Il y a ces moments intimes avec le monde, des moments passé avec soi-même comme seul être humain et le reste du monde.

    Je ne suis pas du genre à réussir à entrer dans le mood des soirées. Il y a trop de bruit, je ne suis pas en phase avec les autres êtres dansant en cercle sur des musiques commerciales. Nous ne sommes pas venus pour la même chose. je suis venue pour échanger profondément, rencontrer, découvrir, eux sont venus pour danser, s'éclater, rire. Je ne leur en veux pas, je suis même heureuse qu'iels s'amusent et y trouvent leur compte car dans l'histoire, je suis celle qui dénote. Je parviens tout de même à trouver des instants magiques dans ce genre de soirée, parfois en discutant lorsque je me retrouve en trio ou en tête à tête (j'ai du mal à m'exprimer profondément lorsque le groupe est plus que trois personnes en me comptant), des instants où je m'écarte, encore une fois, du groupe.

    Ce que je préfère dans les soirées sont les moments où je m'éclipse au calme, dans un lieu isolé. Lorsque le bruit assourdissant devient une mélodie de fond accompagnée de rires hilares qui me font sourires. C'est ce que j'apprécie, me mettre à l'écart, dehors, dans la nuit, dans le frais, avec l'herbe humide, la Lune, les étoiles et, summum du bonheur, avec un animal, un chat, un chien, un hérisson. Là je contemple, j'écoute le calme, le vent dans les arbres, ma propre respiration, les fameux rires hilares. Souvent je me met à parler seule, c'est quelque chose que je fais énormément, je réserve le chant à quand je marche d'un point A à un point B, quand je danse. Je parle, au monde, en chuchotant, un prononçant tout juste les mots, en variant les degrés audibilité, avec le monde. Généralement je parle en anglais, l'anglais est pour moi une langue profonde et je m'exprime souvent dans cette langue lorsque je me parle, que je m'analyse, raconte mes sensations ou ma vie, le français est différent, plus dans la communication avec l'autre, l'anglais est pour moi-même. Je me demande souvent à quoi vont servir les autres langues que j'apprends...

    Ce sont des moments très intimes avec le monde, qui n'existeraient pas exactement ainsi sans la cacophonie de la fête et ma sensation d'ennui qui se transforme souvent en contemplation des fêtards, j'aime les détailler, les regarder, les écouter rire et parler, danser, sans participer, être spectatrice.

    Alors même si nous ne sommes pas venus pour la même chose, j'y trouve mon compte en m'éclipsant ou en les observant et, rien que pour ça, je continuerai d'aller dans les soirées, pour détailler les humains et parler au monde en caressant un chat.

    Comment ressentez-vous les soirées ? Arrivez-vous à vous y intégrer ?

    .Louna Déelle.

     

    .Parler au monde.     .Parler au monde.         .Parler au monde.         

    « .Les backstages 2..La pudeur du rêve. »
    Partager via Gmail Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :